Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 01:45

Réparer l'oreille interne lorsqu'elle est endommagée par des traumatismes ou les effets de l'âge, tel est le but du projet Bionic Ear financé en partie par l'Union européenne.

Chaque année, des millions de personnes en Europe sont touchées par la surdité.
Un problème de santé publique auquel l'Union européenne a décidé de s'attaquer en finançant à hauteur de 1,53 million d'euros ce projet d'envergure. L'Italie, la Suisse, la Suède et bien sûr la France y participent.

C'est dans ce cadre qu'une équipe du CNRS dirigée par Éric Scarfone (Université de Montpellier) étudie la façon de réparer, voire de remplacer les cellules ciliées qui transforment les signaux mécaniques (sons et mouvements) en signaux électriques qu'elles transmettent aux neurones sensoriels.

Ces éléments de l'organe auditif sont incontournables pour bien entendre : lorsque ces cellules sont détruites par le bruit, l'utilisation de certains antibiotiques ou simplement l'effet de l'âge, elles meurent et aucune autre ne les remplace.

« Notre but est donc de favoriser la survie des neurones sensoriels qui restent, et si possible de provoquer leur régénération » explique Éric Scarfone. Il faut donc stimuler les récepteurs de ces neurones par des signaux électriques ou chimiques afin qu'ils survivent. Comment ? En améliorant certaines des techniques, notamment l'implant d'une électrode dans la cochlée de l'oreille : reliée à un microphone, elle transforme le signal du son en signal électrique qui stimule directement les neurones sensoriels.

« Le fonctionnement exact de l'implant cochléaire n'est pas complètement compris, souligne Éric Scarfone. En particulier, on ne sait pas encore expliquer les grandes variations d'efficacité de cet acte opératoire. Ce qui nous intéresse ici, c'est l'amélioration de l'interface électrode-neurones. »

Pour cela, l'équipe de Montpellier a rajouté sur l'électrode implantée dans la cochlée, des micro-sphères en polymère, d'environ 300 microns de diamètre. Ces petites capsules renferment des lignées cellulaires animales modifiées qui jouent le rôle des cellules ciliées disparues, et sont capables de sécréter des protéines.

Comme l'espère le chercheur, ces dernières vont diffuser vers les récepteurs du neurone et les maintenir en vie (facteur trophique). Du même coup, des fibres nerveuses des neurones, entraînées vers l'électrode, devraient ainsi repousser.

Belle astuce que ces capsules, car elles possèdent des pores assez petits pour laisser passer les protéines. Mais en même temps, elles protègent les lignées cellulaires animales « étrangères » à l'organisme, du système immunitaire.

« Cela marche in vitro, tout l'enjeu est donc désormais de réussir cela in vivo ! » précise Éric Scarfone

« En parallèle, nous avons mis en évidence la présence probable de cellules souches dans l'épithélium sensoriel vestibulaire (un organe cellulaire de l'oreille interne) de la souris et nous avons réussi à obtenir in vitro la production de cellules semblables aux cellules ciliées »s'enthousiasme-t-il.

Beau résultat, car chez l'homme, ces cellules souches prélevées à partir des tissus de l'oreille pourraient, dans le futur, se substituer aux cellules ciliées endommagées, et là sans aucun risque de rejet.

 

Le blog des acouphéniens

Philippe Barraqué

Musicothérapeute

 

CD Stop Acouphènes2 Philippe Barraqué CoverHDCD de thérapie sonore anti-acouphènes : www.stop-acouphenes.fr

 

 

 

 

Source : CNRS

 

 

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 16:14

Nombre de surdités sont dues à une dégénérescence des cellules ciliées de l’oreille interne, et vraisemblablement une part non négligeable de symptômes annexes tels que les acouphènes et l’hyperacousie, peuvent leur être attribués, surtout lorsqu’ils sont la conséquence de traumatismes sonores.

 

Pour récupérer ces cellules jusqu’à présent perdues, les pistes scientifiques sont nombreuses. Certains chercheurs ont tenté la thérapie génique, comme une étude qui avait redonné à des cochons d’Inde une partie de leur ouïe. Mais l’efficacité est partielle et la technique complexe. L’utilisation de molécules pharmacologiques semble plus pratique pour une utilisation clinique.

 

Albert Edge et ses collaborateurs du Massachusetts Eye and Ear Infirmary ont démontré qu’une famille de composés - les inhibiteurs de la gamma-sécrétase - pouvaient induire la croissance des cellules ciliées in vitro. Ces molécules ont la particularité de bloquer l’activité d’une protéine appelée Notch. Celle-ci détermine qui se différencie en cellule ciliée et qui devient une cellule de soutien.

 

Ils ont donc soumis des souris à une exposition sonore violente durant deux heures consécutives ; les rongeurs ont alors perdu leur audition. Après administration du médicament, leurs observations, révélées dans la revue Neuron, montrent la formation de nouvelles cellules ciliées, issues de la division de cellules de soutien.

Un enregistrement de l’activité du nerf auditif montre que l’ouïe a pu être partiellement restaurée grâce à ce processus. Cependant, il est impossible de définir précisément le degré réel de récupération.

 

Ces médicaments avaient déjà été testés chez l’homme pour le traitement de la maladie d’Alzheimer. Du fait de leur trop faible efficacité et d’effets secondaires indésirables sur les systèmes digestif et immunitaire, ils n’ont jamais reçu d’autorisation de mise sur le marché. Albert Edge et son équipe de chercheurs ont alors délivré le médicament par voie orale ou directement dans l’oreille des souris après une opération chirurgicale mineure. Dans les deux cas, la récupération a été identique, mais l’administration au niveau de la cochlée a permis d’éviter les effets secondaires associés à ces principes actifs.

 

Ces recherches fondamentales ouvrent  des champs du possible à celles et ceux qui recherchent des solutions pour vivre mieux leurs problèmes auditifs

 

CDStop Acouphènes cover P.BarraquéCD Stop Acouphènes2 Philippe Barraqué CoverHDCD de thérapie sonore (acouphènes, hyperacousie, surdité) : www.stop-acouphenes.fr

 

 

 

Le blog des acouphéniens

Philippe Barraqué

Musicothérapeute

 

source : Massachusetts Eye and Ear Infirmary

Tous droits réservés

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 23:48

Philippe Barraqué, musicothérapeute, créateur des CD Stop Acouphènes (www.stop-acouphenes.fr) vous communique une information scientifique importante pour celles et ceux qui vivent l’enfer avec leurs acouphènes.

 

En février 2013, le premier implant acouphénique a été posé au Centre Universitaire Médical de Maastricht (MUMC+). Le patient était sourd d’une oreille et souffrait d’un acouphène sévère. Le Docteur Robert Stokroos, chirurgien ORL, qui a réalisé cette première chirurgicale indique : “Nous avons cherché à codifier le silence”.

Aux Pays Bas, environ deux millions de personnes ont des acouphènes plus ou moins gênants. Ce symptôme peut avoir de sérieuses conséquences sur la vie personnelle et professionnelle, telles que la dépression, les problèmes relationnels ou la perte d’emploi.

Au MUMC+, les recherches portent sur une meilleure compréhension de l’acouphène ainsi que sur ses traitements possibles. Une des solutions les plus prometteuses est l’implantologie (Tinnitus Implant - TI). Cet implant génère une stimulation électrique pulsée pouvant créer du silence à la place du signal acouphénique.

Grâce à des recherches préliminaires de pointe utilisant les technologies de l’imagerie médicale, les chercheurs ont localisé la zone corticale où l’acouphène est généré. Le Dr Robert Stokroos a constaté que les signaux d’entrée au niveau des noyaux cellulaires sont désordonnés. En effet, le cortex compense ce dysfonctionnement par une « registration de signaux très sensibles » conduisant à la perception par le patient d’acouphène. 

Avec l’aide de l’audiologiste Erwin George et du nano-technicien Remo Arts, cette équipe de chercheurs essaye d’envoyer un signal dans le noyau cérébral impliqué: « Si nous pouvons stimuler le nerf auditif de telle façon que le cerveau reçoive des signaux d’entrée ordonnés, alors il arrêtera de surcompenser et de produire des acouphènes. »

Pour cela, on place dans la cochlée, un implant Med-El modifié pour la pathologie acouphénique. « A Maastricht, nous implantons environ quatre-vingt implants cochléaires tous les ans,  précise le Docteur Stokroos, nous maîtrisons cette technique chirurgicale mais nous ne l’avions jamais fait dans le but de supprimer la perception d’acouphènes. Il est particulièrement important que l’implant génère le bon stimulus et la bonne fréquence, ce qui a été testé jusqu’ici sur dix patients. »

A noter que le Dr Stokroos et son équipe proposent également aux patients acouphéniques la stimulation transcrânienne et les thérapies cognitives et comportementales.  

Source : Audiology Worldnews.

 

Philippe Barraqué

CD Stop Acouphènes2 Philippe Barraqué CoverHD CD de thérapie sonore : www.stop-acouphenes.fr

Tous droits réservés

 

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 02:03

Conseils de communication avec une personne malentendante

• Je parle dans la même pièce que la personne avec un problème auditif.

• J’attire son attention avant de commencer à lui parler.

• Je me rapproche et je me place face à elle pour faciliter la lecture labiale.

• Je parle clairement et lentement, mais sans exagérer.

• Je reste spontané et je n’infantilise pas.

• Je ne crie pas.

• Je reprends autrement les mots non compris.

• Je coupe les bruits environnants (tv, radio…)

• Je fais des gestes naturels et j’évite de cacher mes lèvres avec mes doigts, un crayon, etc.

• Je dis de quel sujet je vais parler et je signale éventuellement les changements de sujets.

• Je pose des questions avec tact pour améliorer la communication.

 

Conseils de communication aux malentendants

• Je porte mes appareils auditifs.

• J’exprime que j’ai de la difficulté à comprendre.

• Je me place face à la personne qui me parle et je regarde ses lèvres.

• Je m’assure qu’il y a un bon éclairage sur le visage de la personne à qui je parle.

• Je m’informe du sujet dont on parle.

• Dans une réunion, je demande aux personnes de parler une à la fois, si cela est possible.

• Je peux demander si nécessaire de parler lentement.

• Je pose des questions.

• Je parle dans la même pièce.

 

Philippe Barraqué

Musicothérapeute

Créateur des CD Stop Acouphènes et Cortex (bruits blanc, rose, brown)

 

www.stop-acouphenes.fr

le site de référence en thérapie sonore (acouphènes, hyperacousie, surdité)

 

source : Lobe ca.

Tous droits réservés

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:36

 

 

Toute forme de handicap crée des besoins spécifiques pour vivre le plus normalement possible. Il est par exemple parfaitement légitime de pouvoir circuler comme tout le monde tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, de mener une vie autonome et indépendante, de voir ou d’entendre avec un appareillage adapté.

 

Mais c’est surtout la succession, la répétition journalière de ces besoins particuliers qui peuvent avoir un effet dévastateur sur l’entourage. L’aidant, l’accompagnant, le compagnon ou la compagne valide, vivent également cette transformation, cette adaptation de la vie au handicap. Cela se passe souvent bien, mais les années et la fatigue s’accumulant, cette attention permanente, cette tension à toujours vouloir bien faire, engendrent des souffrances parfois insupportables.

 

Vivre le handicap est en quelque sorte un contrat où les contraintes acceptées par l’entourage ne doivent pas dépasser un certain seuil de tolérance. Combien de témoignages décrivent des personnes en situation de handicap qui sont devenues des tyrans domestiques faute de se faire suffisamment aidés par des personnes extérieures dont c’est le métier.

 

Alléger le plus possible le poids du handicap sur l’entourage pour ne partager que les bons moments de la vie est un objectif primordial pour préserver son couple, sa famille, sa vie relationnelle.  

 

Philippe Barraqué

Musicothérapeute

 

Le Blog des Acouphéniens

www.stop-acouphenes.fr

 

Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 01:43

Les spécialistes de l’audition ont longtemps pensé que les enfants ne souffraient pas d’acouphènes. Bien que peu de scientifiques se soient intéressés à ce sujet, plusieurs études ont démontré que l’acouphène se manifeste également chez les enfants. Cependant, on remarque qu’ils portent un regard différent sur l’acouphène comparativement aux adultes et qu’ils en sont ainsi beaucoup moins dérangés.

En effet, il s’avère que seulement 3 % des enfants se plaignent de façon spontanée de la présence d’acouphènes, alors qu’une fois questionnés, ce pourcentage peut s’élever jusqu’à 38 %. Cet écart s’explique par le fait que, la plupart du temps, les enfants vont considérer l’acouphène comme un événement tout à fait normal.

Contrairement aux adultes qui se focalisent sur leurs bruits auditifs, les enfants n’accordent pas de signification médicale à l’apparition ou à la présence de l’acouphène. Ils sont en effet plus ouverts au monde extérieur, moins égotiques et leur soif de se distraire, de découvrir, de s’émerveiller va les aider à faire abstraction de leurs troubles acouphéniques.

Retrouver la candeur de l’enfance, ne serait-ce pas la recette miracle pour se libérer de ces bruits auditifs qui minent le mental et conduisent au repli sur soi ? A méditer.

aphorisme4L’acouphène touche davantage les enfants avec surdité neurosensorielle, mais est également présent chez les enfants présentant une surdité temporaire (par ex. reliée à une otite séreuse) ou prenant des médicaments ototoxiques, c'est-à-dire ayant des effets secondaires sur l’appareil auditif et le cortex.

L’enfant décrit l’acouphène comme un bruit ressemblant à une sonnerie ou à un bourdonnement. À quelques exceptions près, la majorité des enfants questionnés qualifient leurs acouphènes comme étant continuels et les perçoivent dans les deux oreilles.

Les troubles du sommeil sont la conséquence la plus importante de l’acouphène sur le quotidien de l’enfant, sans négliger pour autant des répercussions possibles sur le comportement et le développement. Tout comme chez l’adulte, l’acouphène peut causer de l’anxiété et de l’irritabilité, une diminution de la capacité d’écoute et d’attention en classe.

Il est donc important d’être attentif  - et à l’écoute ! - si votre enfant verbalise la présence d’un acouphène dérangeant. Tout comme pour les adultes, la thérapie sonore est à privilégier en diffusant des fréquences thérapeutiques, des bruits blancs, des ambiances naturelles en fond sonore dans la chambre de l’enfant, particulièrement au moment de l’endormissement.

Pour se procurer ces CD : www.stop-acouphenes.fr

 

Le Blog des Acouphéniens

Philippe Barraqué

Musicothérapeute

 

Tous droits réservés

Source : Lobe ca.

 

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 17:35

Lors d’un premier appareillage auditif, certaines personnes constatent un changement dans la perception de leur propre voix qui résonne avec un écho ou une réverbération inhabituelle. Ce phénomène s’appelle l’otophonie et s’explique par la présence d’un corps étranger dans le conduit auditif externe - en l’occurrence l’appareillage - qui bloque partiellement les vibrations de votre voix. De plus, le fait de s’entendre grâce à l’amplification apportée par l’appareil auditif accentue les effets de distorsion.

 

Si cet inconfort persiste, plusieurs solutions sont envisageables. L’audioprothésiste peut effectuer certaines modifications. Au niveau acoustique, il a la possibilité de réduire les basses fréquences afin d’atténuer l’amplification de la voix qui peut atteindre 20 dB. Au niveau de l’adaptation de l’appareil au conduit auditif, le spécialiste modifie la coquille ou l’embout afin de changer l’angle de sortie du son. Certains modèles d’appareils à embout ouvert ou dôme ouvert (Open Fit ou RITE) favorisent la réduction de ce phénomène parce qu’ils occluent de façon

minime le conduit de l’oreille.

 

Cet ajustement sonore peut également se faire graduellement, à mesure que le patient s’habitue à son appareillage. Pour favoriser l’adaptation, le port de l’appareil auditif est conseillé par exemple pendant l’écoute de la télévision. C’est une stratégie intéressante à adopter, car l’attention du porteur est alors tournée vers autre chose que le port de ses appareils auditifs puisqu’il est principalement en mode « écoute ». Cette stratégie de masquage ou de détournement d’attention est un principe couramment utilisé, notamment pour les personnes atteintes d’acouphènes ou de phobie du bruit.

 

CD de thérapie sonore : www.stop-acouphenes.fr

Le blog des acouphéniens

Philippe Barraqué

musicothérapeute

 

Tous droits réservés

  source : Lobe ca.

 

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 16:02

- Pratiquer une bonne hygiène sonore : c'est le conseil de base . Il faut éviter d'exposer inutilement et trop souvent ses oreilles à des volumes sonores trop élevés... ou même moyens. Au besoin, utiliser des boules Quies ou des bouche-oreilles en mousse. Cette protection est utile dans une multitude de circonstances : au travail, en avion, lors d'un concert rock, en utilisant certains outils, etc.
- La technique du contre-bruit : mieux vaut entendre un bruit extérieur régulier que de subir le chaos imprévisible des bruits intérieurs. Même pour ceux qui ne souffrent pas d'acouphènes, il est prouvé qu'il est préférable d'entendre un bruit plus élevé, mais régulier qu'un bruit plus faible et intermittent.
- Faire régulièrement de l'exercice : étant donné que l'artériosclérose et l'hypertension sont souvent à l'origine des acouphènes, il est certain que la pratique régulière d'exercices cardiovasculaires aura une action préventive.
- Adopter de bonnes habitudes alimentaires : Certains aliments peuvent avoir un lien direct ou indirect avec les acouphènes :
. Le sel : Tout excès de sodium cause simultanément une rétention des fluides et une augmentation du flux sanguin au niveau de l'oreille. Ce phénomène crée une pression sur l'appareil auditif qui provoque des bourdonnements.
. Les graisses : Toute mesure qui permet d'éviter ou d'aggraver les troubles cardiovasculaires favorise également la santé de vos oreilles. Évitez ou supprimez en partie les aliments augmentant le taux de cholestérol : viandes grasses, jaunes d'œufs, charcuteries, beurre, huiles commerciales ou margarine fabriquée à base d'huile hydrogénée. En revanche, des huiles riches en graisses insaturées et en acide linoléique - comme l'huile d'olive - sont bénéfiques.
. Les allergènes alimentaires : Les allergies alimentaires peuvent causer des maux de tête, de la congestion nasale, mais aussi des bourdonnements d'oreille. Il arrive donc que certaines personnes notent une aggravation de leurs symptômes après avoir consommé chocolat, lait, fromage, produits à base de soja, avocat, bananes très mûres, agrumes.
. Les excitants : Certains excitants fort populaires sont également à suspecter : l'alcool, le café, la cigarette. Au même titre que le stress mental, ces produits peuvent affecter le nerf auditif et exacerber sa sensibilité.
- Bien gérer son stress : C'est bien connu : le stress est un facteur aggravant - voire causal - en ce qui concerne les troubles cardio-vasculaires ou immunitaires. Si on considère que les acouphènes sont symptomatiques d'un problème de santé, on comprend l'importance d'une bonne gestion du stress comme mesure préventive.

 

Pour masquer, atténuer, déprogrammer vos acouphènes, traiter l'hypersensibilité aux sons et aux bruits, les CD Stop Acouphènes et les CD Cortex sont vivement conseillés : www.stop-acouphenes.fr  

 

Philippe Barraqué, musicothérapeute

Le blog des acouphéniens

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 23:39

La thérapie sonore est certainement devenue pour vous indispensable pour soulager, voire supprimer vos acouphènes. Mais il est toujours nécessaire de faire le point et de bénéficier d'un plateau médical de pointe pour évaluer vos acouphènes et suivre leur évolution.

 

Souvent associés à des problèmes de surdité, de vertiges, de prises de médicaments ototoxiques, de traumatismes divers, les acouphènes ne sont pas une fatalité. Il faut les diagnostiquer et les traiter avec les meilleures technologies.

 

Dites stop à vos acouphènes livre800rectoC'est ce que propose le service ORL de l'American Hospital of Paris. C'est un bon investissement pour retrouver un peu de silence, bénéficier de conseils avisés et de tests audiométriques spécialisés.

 

Ce service ORL dispose d’un plateau technique complet et performant, doté de l’ensemble des appareils nécessaires aux explorations ou tests :

  • explorations des vertiges (vidéo nystagmographie, potentiels évoqués otolithiques, test rotatoire, test de la verticale subjective),
  • explorations des troubles de l’équilibre
  • explorations des acouphènes
  • explorations de la fonction oculomotrice
  • tests audiométriques (audiométrie vocale et tonale, impédancemétrie), potentiels évoqués auditifs,
  • tests d’électromyographie faciale et de stimulation du nerf facial chez les patients qui souffrent de paralysies faciales.
  • tests des oto-émissions acoustiques pour le dépistage néonatal de la surdité

Il est temps de reprendre courage et de vaincre vos problèmes auditifs maintenant!

 

Philippe Barraqué

musicothérapeute

créateur des CD Stop Acouphènes et auteur de l'ouvrage (+CD) "Dites stop à vos acouphènes" paru aux éditions J.Lyon

 

07180034Pour un soulagement immédiat des acouphènes et de l'hyperacousie, le bon réflexe santé : www.stop-acouphenes.fr

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 01:37

On estime que 15% de la population souffrent d'acouphènes. Cette impression désagréable d'entendre un bourdonnement, un sifflement, un chuintement ou encore des cliquetis dans une ou dans les deux oreilles, alors qu'aucun son n'émane de l'environnement, a été récemment étudiée par une équipe de chercheurs du Centre de Recherche du Cyclotron de Liège (Belgique)

acouphwoman Parmi les personnes atteintes par ces bruits auditifs parasites, 10 à 20% seulement s'en plaignent et sont confrontées à une altération de leur qualité de vie. Dans ce cas, l'acouphène peut drainer dans son sillage une comorbidité sous la forme d'irritabilité, d'insomnies, de fatigue, de troubles de la concentration, de dépression.

 

« L'acouphène est parfois très mal vécu et a déjà conduit au suicide, indique le professeur Philippe Lefèbvre, chef du service d'oto-rhino-laryngologie du CHU de Liège. Toutefois, chez le patient déprimé, le problème est souvent beaucoup plus profond. »

7548953014_d3b93e5458.jpg

 

 

 

Les acouphènes correspondent la plupart du temps à des bruits de 10 à 30 dB. Cependant, il arrive de façon beaucoup plus exceptionnelle qu'ils soient assimilables à des sons de 70 ou 80 dB - une conversation normale se situe vers 55 dB. Chez les personnes qui ne se sentent pas gênées par leur acouphène, intervient un phénomène dit d'habituation : le cerveau filtre les informations parasites, de sorte que les « sons fantômes » se circonscrivent au niveau de l'inconscient.

 

Comme le souligne le professeur Philippe Lefèbvre, c'est le même mécanisme qui fait que nous n'avons pas l'attention attirée en permanence par le tic-tac d'une horloge ou le frottement de nos vêtements sur le corps.

 
Rappelons qu’il y a deux types d'acouphènes. Qualifiés d'« objectifs », les premiers sont très minoritaires (5% des cas). Muni de son stéthoscope, un médecin peut les entendre. Ils résultent habituellement d'une malformation vasculaire (on entend, par ex., un souffle au niveau de la carotide) et, de ce fait, sont de caractère pulsatif, car synchronisés avec les battements cardiaques, ou appellent l'idée d'un chuintement (flux sanguin). « Pour supprimer de tels acouphènes, il faut apporter une solution au problème sous-jacent - par exemple, lever un rétrécissement carotidien », rapporte Philippe Lefèbvre.

 

La majeure partie des acouphènes sont donc « subjectifs ». Liés à un dysfonctionnement de la voie auditive, ils ne sont perçus que par la personne qui en souffre. On les classe en deux grandes catégories. La première renferme les acouphènes qui découlent d'une augmentation de la fréquence des décharges de potentiels d'action au niveau de la cochlée (cellules ciliées, neurones). Autrement dit, l'oreille se met à envoyer des signaux qui ne répondent à aucun stimulus externe. La seconde catégorie, elle, est constituée des acouphènes dont l'origine première est une détérioration de l'acuité auditive, notamment en relation avec l'âge.

 

Que se passe-t-il ? À la diminution de fonction de la voie auditive répondrait une réduction des inhibitions au niveau du cortex cérébral. Du moins, telle est l'hypothèse la plus probable. Cela suggère que le cerveau tenterait de compenser la perte auditive en augmentant son activité, ce qui générerait des « sons virtuels ».

 

Parmi les thérapies qui marchent pour ces acouphènes indécelables à l’examen clinique, la thérapie sonore, notamment celle mise au point par le musicothérapeute français Philippe Barraqué, donne de bons résultats au bout de quelques mois d’écoute quotidienne (1 à plusieurs heures par jour).

Source : Université de Liège

6105285463_4f682b5acf.jpg CD Stop Acouphènes : www.stop-acouphenes.fr

Le blog des acouphéniens

Tous droits réservés

 

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 23:50

acouphwomanPour nombre de pathologies comme les troubles auditifs, les maladies chroniques et dégénératives, la gestion de la douleur reste aléatoire surtout à long terme. La science avance à grand pas puisque la "signature" neurologique de la douleur a été observée par des scientifiques américains en analysant des images du cerveau avec un scanner, révèle une recherche récente publiée aux Etats-Unis (Université du Colorado). Cette découverte pourrait ouvrir la voie à la mise au point de tests cliniques pour mieux comprendre les mécanismes de la douleur et ainsi mieux les anticiper et les traiter.

"Il n'y a actuellement aucune technique clinique permettant de mesurer la douleur et d'autres états émotionnels autres que celle de demander à une personne ce qu'elle ressent", indique Tor Wager, professeur de psychologie et de neurologie.

 

Ces scientifiques ont analysé à l'aide d'un ordinateur de multiples images de 114 cerveaux prises avec un scanner quand les sujets étaient exposés à différentes intensités de chaleur sur la peau. A l'aide d'un programme informatique dédié, ils ont pu identifier une empreinte neurologique de la douleur.

rythmes cérébraux"Nous avons découvert des réactions similaires dans de multiples zones du cerveau qui correspondent à l'intensité de la douleur ressentie par les différentes personnes en réaction à la chaleur", explique Tor Wager. Et contrairement à ce qui était attendu, ces réactions cérébrales n'étaient pas spécifiques à chacun des participants de l'étude mais étaient similaires entre elles.

 

Ainsi, ils ont pu prédire avec une exactitude de 90 à 100% le niveau de douleur qu'une personne ressentait quand celle-ci était soumise à différentes intensités de chaleur sur la peau.

CD Stop Acouphènes2 Philippe Barraqué CoverHDCD et livres de thérapie sonore anti-acouphènes : www.stop-acouphenes.fr

 

Philippe Barraqué

musicothérapeute

docteur en musicologie

 

Le blog des acouphéniens

www.stop-acouphenes.fr

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 23:53

stop acouphènes2 media Les études scientifiques soutenues par la fondation allemande Klaus Tschira ont prouvé l’efficacité de la thérapie sonore en cas d’acouphènes chroniques.

En effet, des chercheurs universitaires associés à des musicothérapeutes ont pu valider grâce à l’imagerie médicale (IRM) que la thérapie sonore agit véritablement sur des zones spécifiques du cortex cérébral. Les docteurs Christophe Krick et  Hans Volker Bolay ont démontré que les changements micro anatomiques dans le cerveau sont de toute évidence en rapport avec les zones lésées par les signaux acouphéniques.

Des chercheurs de l’Université de Münster ont filtré les fréquences sonores correspondant précisément à celles des bruits acouphéniens.

Le but était de calmer les cellules auditives endommagées avec de la musique filtrée. Tous les patients du groupe ayant bénéficié de ce protocole innovant ont constaté une diminution significative de leurs acouphènes. Les examens cérébraux effectués ont confirmé une diminution de la stimulation provoquée par les bruits auditifs sur les fréquences concernées.

Le centre allemand pour la recherche en musicothérapie (DZM) a expérimenté, en collaboration avec l’Université de Heidelberg, une nouvelle méthode de musicothérapie pour combattre les acouphènes.

Le concept du traitement est basé sur l'intégration de l'acouphène dans un processus d'audition musicale. Ces écoutes thérapeutiques agissent sur les zones du cortex cérébral qui ont été modifiées par les stimulations acouphéniques pour favoriser progressivement un retour à la normale. Les premiers résultats montrent des avancées encourageantes.

CDStop Acouphènes cover P.Barraqué Acouphènes, hyperacousie, hallucinations auditives, surdité, la thérapie sonore est un moyen thérapeutique à la portée de tous pour améliorer l'audition : www.stop-acouphenes.fr

Sources scientifiques : Christophe Krick Hans Volker Bolay (Fondation allemande Klaus Tschira). Hidehiko Okamoto, Henning Stracke, Wolfgang Stoll, Christo Pantev, Wilhelms (Université de Münster). DZM, H. Argstatter, A. Nickel, A. Rupp, S. Hoth, H. Bolay, Centre pour la recherche en musicothérapie Université de Heidelberg.

 

 

Philippe Barraqué

musicothérapeute

docteur en musicologie

 

Le blog des acouphéniens

Tous droits réservés

 

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 16:56

Top-Sante.jpg3 réflexes anti-acouphènes

Sifflements, bourdonnements, pulsations sonores dans les oreilles…

ne vous laissent pas de répit. Pour traiter les acouphènes et trouver l’apaisement, il existe des solutions.

 

[Article paru dans Top Santé N°272 par Sophie Viguier-Vinson]

Notre expert : Philippe Barraqué, musicothérapeute

 

« N’attendez pas pour traiter vos acouphènes. » C’est le conseil de Philippe Barraqué, musicothérapeute spécialisé dans la prise en charge de ce phénomène.* Consultez votre généraliste, qui vérifiera si les acouphènes ne sont pas le signe d’une hypertension ou liés à un problème vasculaire. Il pourra aussi vous orienter vers un médecin ORL, afin de rechercher une éventuelle lésion de l’appareil auditif. Parfois, aucune cause bien définie n’est décelée, mais dans tous les cas, il existe des solutions pour traiter ce problème gênant.

 

On peut agir soi-même

Parallèlement à la rééducation acoustique, à la thérapie sonore, à l’appareillage auditif, etc. vous pouvez agir vous-même et trouver ce qui vous soulage à la maison. « Attention, il faut être patient, prévient Philippe Barraqué. Les astuces pratiques ou les exercices personnels sont efficaces, à condition d’agir sur la durée. » Tour d’horizon des pistes anti-acouphènes.

 

A ne pas faire

- Ne pas s’exposer à d’importants volumes sonores au casque ou en concert.

- Ne pas porter des bouchons d’oreille hermétiques. Si vous avez une ouïe hypersensible, mettez des bouchons qui filtrent les sons, mais n’obstruent pas complètement le conduit.

- Ne pas faire le silence absolu pour dormir.

 

1. Immédiat

Toucher pour rééquilibrer l’oreille interne

Par exaspération, il peut vous arriver de vous boucher les oreilles, de les tapoter, de les masser pour en finir avec ces bruits qui rendent fou. Adoptez plutôt les bons gestes.

- Comment faire ?

Dites stop à vos acouphènes livre800rectoEssayez cet exercice de médecine chinoise nommé « le tambour céleste ». Il s’agit de boucher son oreille avec la paume d’une main, en plaquant les doigts à l’arrière du crâne. On place le majeur sur l’index et, par un roulement sec et bref, on fait claquer le majeur sur la tête. On répète l’exercice neuf fois, en inspirant et expirant. Cela produit un son qui résonne dans la tête.

- Pourquoi ça marche ?

Cette vibration stimule les oreilles, débouche la trompe d’Eustache au niveau de l’oreille interne et rétablit une bonne transmission des vibrations sonores entre le tympan, les osselets et la cochlée. L’exercice est à répéter quand les acouphènes deviennent très gênants. Une méthode tout aussi efficace pour récupérer après des acouphènes que pour les prévenir.

 

2. A moyen terme

Ecouter pour déprogrammer les acouphènes

Quand on souffre d’acouphènes, on a tendance à fuir le bruit, à s’isoler ou, au contraire, à masquer le problème par d’autres bruits perturbateurs, comme la musique bien fort. Dans les deux cas, le problème empire.

- Comment faire ?

CDStop Acouphènes cover P.BarraquéCôté musique, optez pour le classique et de préférence pour des modes répétitifs. « Les Variations Goldberg », de Bach : un must ! Equipez-vous aussi d’un CD proposant un bruit de fond léger, s’apparentant par exemple au souffle du vent, mais comportant toutes les nuances que l’oreille peut percevoir. On parle aussi de bruits blanc, rose, brown, violet, gris ou bleu utilisés dans les thérapies sonores. Pour l’écouter la nuit sans gêner votre conjoint, offrez-vous un oreiller intégrant un haut-parleur qui se connecte sur un lecteur MP3. Le son diffusé n’est perceptible que par celui qui pose sa tête dessus (CD disponibles sur www.stop-acouphenes.fr).

- Pourquoi ça marche ?

En écoutant quotidiennement ces bruits thérapeutiques, il se produit un phénomène d’habituation au niveau du cortex auditif qui décode l’acouphène et le bruit blanc comme un son unique. La gêne s’en trouve réduite.

 

3. A long terme

Méditer pour soulager

La plupart des personnes qui souffrent d’acouphènes sont extrêmement tendues et stressées. A l’origine, bien sûr, mais plus encore après l’apparition de ce problème auditif. Cap sur la détente grâce à un exercice de méditation.

- Comment faire ?

Au calme, pendant une quinzaine de minutes par jour, asseyez-vous en tailleur (ou toute autre posture que vous trouvez confortable). Gardez les yeux mi-clos et respirez en faisant pénétrer l’air dans l’abdomen. Concentrez-vous sur l’acouphène et imaginez que votre souffle vient l’envelopper au cours de l’inspiration. Sur l’expiration, visualisez que vous l’expulsez de votre corps.

- Pourquoi ça marche ?

CD Stop Acouphènes2 Philippe Barraqué CoverHDPar la méditation, vous soulagez les tensions qui sont en partie responsables des acouphènes. Et en modifiant votre état émotionnel, vous agissez sur le signal sonore lui-même produit par l’activité cérébrale. Peu à peu, vous ne vous focalisez plus sur les bruits indésirables. Accordez-vous plusieurs jours, voire plusieurs semaines pour percevoir les bénéfices de cette technique.

 

Conseils de Philippe Barraqué, musicothérapeute, expert pour le magazine Top Santé. Propos recueillis par Sophie Viguier-Vinson et parus dans le N°272.

 

Philippe-Barraque-chant.jpg CD de thérapie sonore de Philippe Barraqué disponibles sur www.stop-acouphenes.fr (méthode exclusive Stop Acouphènes™)

Livre Dites stop à vos acouphènes, Philippe Barraqué, éditions J.Lyon.

 

Top SantéComité scientifique du magazine Top Santé : Dr Alain Sénikiès, Dr Catherine Solano, Dr David Elia, Marie Haddou, Dr Laurent Chevallier, Dr Anne-Laure Tarrerias, Franck Dubus, Dr Estelle Roux, Jean-François Pinglaut

 

Le blog des acouphéniens

Tous droits réservés

www.stop-acouphenes.fr

 

 

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 02:31

acouphenologia.jpgVictor Hugo, qui n'aimait pas qu'on déposât de la musique sur sa prose, s'exaltait sur l'oeuvre du grand Ludwig Van Beethoven et en particulier sur sa capacité étonnante de dépasser sa surdité. Aujourd'hui encore, celles et ceux qui souffrent de surdité ou d'acouphènes doivent garder intacte leur capacité à se dépasser malgré les contingences d'un corps physique parfois défaillant. A méditer :

 

 «Ce sourd entendait l'infini... Il a été un grand musicien, le plus grand des musiciens, grâce à cette transparence de la surdité. L'infirmité de Beethoven ressemble à une trahison; elle l'avait pris à l'endroit même où il semble qu'elle pouvait tuer son génie, et, chose admirable, elle avait vaincu l'organe sans atteindre la faculté. Beethoven est une magnifique preuve de l'âme. Si jamais l'inadhérence de l'âme et du corps a éclaté, c'est dans Beethoven. Corps paralysé, âme envolée. Ah! vous doutez de l'âme? Eh bien, écoutez Beethoven. Cette musique est le rayonnement d'un sourd. Est-ce le corps qui l'a faite? Cet être qui ne perçoit pas la parole engendre le chant. Son âme, hors de lui, se fait musique... Les symphonies de Beethoven sont des voix ajoutées à l'homme. Cette étrange musique est une dilatation de l'âme dans l'inexprimable. L'oiseau bleu y chante; l'oiseau noir aussi.»

Soyez, vous aussi le compositeur de votre vie. Ecoutez chaque jour une heure ou plus de bruits et de fréquences thérapeutiques. Gardez l'espoir, triomphez de vos peurs, faites taire vos mauvaises humeurs et vos jugements égotiques. Travaillez et travaillez encore pour un mieux-être auditif : www.stop-acouphenes.fr 

 

Le blog des acouphéniens

Philippe Barraqué

musicothérapeute

docteur en musicologie

 

- 2013 Tous droits réservés

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 19:05

Les chercheurs du Centre de Recherche du Cyclotron de l’Université de Liège ont pu observer et étudier les acouphènes grâce à l’imagerie par résonance magnétique nucléaire. Les dysfonctionnements constatés au niveau du cortex sont révélateurs de l’ampleur de ces bruits auditifs et des multiples interactions qui rendent leurs traitements si difficiles, car dépendants du vécu de chaque patient souffrant de ces symptômes plus ou moins gênants.

 

Parmi les personnes acouphéniques, 10 à 20% s'en plaignent et sont confrontées à une altération de leur qualité de vie. Dans ce cas, l'acouphène peut drainer dans son sillage des troubles psychiques plus ou moins importants.

Ces chercheurs ont entrepris d'enregistrer l'activité cérébrale de 28 sujets, dont 13 souffrant d'un acouphène unilatéral ou bilatéral. Cette acquisition se réalisa en imagerie par résonance magnétique fonctionnelle alors que les sujets étaient au repos, c'est-à-dire allongés dans le scanner sans aucune tâche à effectuer et pouvant donc laisser vagabonder leurs pensées.

 

rythmes cérébraux Cette technique d’IRM permet de dégager l'activité « brute » du cerveau au repos et d'en extraire ensuite l'activité de divers réseaux particuliers liés notamment aux sens. L'objectif était de déterminer quelles différences de connectivité fonctionnelle pouvaient présenter le réseau auditif de patients avec acouphène par rapport aux autres sujets. L'expérience révéla que de telles différences existent bel et bien, ce qui corrobore les données d'études effectuées selon d'autres protocoles : électroencéphalogramme, tomographie.

Ces différences de connectivité concernent à la fois des régions corticales et sous-corticales et englobent les systèmes attentionnel, émotionnel et mnésique. En effet, les patients très focalisés sur leurs acouphènes ont leurs réseaux attentionnels et émotionnels qui s’activent davantage et interagissent avec les aires auditives.

Quant aux régions impliquées dans la mémoire, telle la région parahippocampique, on pense qu'elles "décident", après comparaison avec l'ensemble des sons répertoriés comme habituels, si un son subjectif comme l’acouphène doit être étouffé ou traité plus en profondeur, car reconnu comme un danger potentiel à mettre en évidence. Il est probable que cette mise au premier plan sonore s’accentue et monte en décibels puisque ce signal d’alerte n’est pas résolu, et pour cause.

 

Les acouphènes correspondent la plupart du temps à des bruits de 10 à 30 dB, mais ils peuvent monter jusqu’à 80 dB et plus, une conversation normale se situant à environ 55 dB. Chez les personnes qui « font avec » intervient un phénomène d'habituation : le cerveau filtre les informations parasites, de sorte que les acouphènes se circonscrivent au niveau de l'inconscient. C’est un mécanisme similaire au fait que notre attention n’est pas attirée en permanence sur le son du réfrigérateur ou le frottement de nos vêtements sur la peau.


acouphènes1 Sauf pour les acouphènes objectifs dont la cause est clairement identifiée (hypertension, neurinome, troubles vasculaires, surdité, etc.), il n'existe aucun paramètre clinique permettant de mesurer l'intensité d'un acouphène dit « subjectif », sans possibilité de diagnostic par le praticien. Dès lors, celui-ci n'a d'autre choix que de s'en remettre à l'évaluation subjective du sujet acouphénique. Si on demande à un patient de situer l'intensité de son acouphène sur une échelle allant de 0 à 10, son estimation reflétera plutôt la manière dont il le perçoit, sa capacité à l'éloigner ou non du champ de sa conscience, que son intensité sonore effective.  

Malheureusement, certaines personnes échappent au phénomène d'habituation et en viennent à considérer leur acouphène comme une déficience. Il n'est pas rare que ce bruit auditif se soit développé sur un terrain de fragilité préexistant fait d'anxiété, de stress ou de dépression, ce qui tend à en rendre sa perception plus négative. Dans certains cas son intensité est telle qu'il devient insupportable à vivre. Des sections chirurgicales du nerf auditif ont été tentées, mais sans résultat significatif. Initialement, on croyait en effet que les acouphènes résultaient exclusivement d'un dysfonctionnement localisé au niveau de l'oreille, alors que tout indique aujourd'hui que le problème est essentiellement neuronal.

Les acouphènes chroniques sont malaisés à traiter, d'autant, rappelons-le, que leur étiologie est souvent incertaine. En cas de perte auditive conjointe, le port d'un appareil auditif peut améliorer la situation de façon substantielle parce que la transmission d'une meilleure information sonore restimule les processus d'inhibition au niveau du cortex cérébral.


Les prises en charge globalement les plus efficaces des acouphènes et de l’hyperacousie sont en premier la thérapie sonore (bruits blanc, rose, brown) et les thérapies cognitives comportementales dont le but est de transformer la perception consciente des parasites en une perception inconsciente.


Une autre technique très prisée est l'autohypnose (par ex. le CD Stop Acouphènes™, tome2), qui a pour objectif de permettre au sujet de moduler ses sensations, de les maîtriser et de parvenir ainsi à rejeter l'acouphène dans l'inconscient.


Une autre constatation : le silence est un des principaux ennemis de la personne souffrant d'acouphène. Il faut donc éviter ce type de confrontation lié à l'isolement par la diffusion en continu et en fond sonore de bruits thérapeutiques, afin de faire obstacle à une focalisation sur les sons parasites. Leur prêter une attention de tous les instants n'a d'autre effet que d'en accroître les désagréments.

CDStop Acouphènes cover P.Barraqué CD de thérapie sonore : www.stop-acouphenes.fr

 

Philippe Barraqué

musicothérapeute

docteur en musicologie

 

Le blog des acouphéniens

- 2013 Tous droits réservés -



Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 15:41

Une nouvelle étude souligne les dangers pour les adolescents d'écouter de la musique trop fort avec leurs iPod et autres baladeurs.

 

Les baladeurs MP3 d'aujourd'hui ont envoyé le Walkman au rayon des antiquités: il est maintenant possible d'écouter de la musique de bonne qualité pendant des heures et à des volumes de son élevés. Souvent trop élevés. Et les spécialistes sont de plus en plus inquiets des conséquences néfastes pour l'audition des adolescents avec l'apparition de plus en plus précoce de baisse sensible de l'audition, que certains appellent même une «épidémie de troubles auditifs».

 

Dites stop à vos acouphènes livre800recto«Un adolescent sur quatre est à risque d'une perte d'audition résultant directement de ses habitudes d'écoute avec son baladeur, affirme ainsi le Pr Chava Muchnik, de la Tel Aviv University au terme de son étude, publiée dans l'International Journal of Audiology. Près de 289 adolescents, entre 13 et 17 ans, ont participé à l'étude. Ils ont été interrogés sur leurs habitudes d'écoute avec leur iPod ou autre baladeur MP3. Et en particulier sur le niveau sonore et la durée d'utilisation. Dans un deuxième temps, le volume du son des baladeurs a été mesuré chez 74 adolescents dans un environnement calme puis dans un environnement bruyant. Les volumes mesurés ont servi à établir les risques potentiels pour l'audition des adolescents.

 

Près de 80 % des adolescents participants à l'étude utilisaient leur baladeur très régulièrement, 21 % d'entre eux l'écoutant de 1 à 4 heures, et 8 % s'en servant plus de 4 heures consécutivement.

 

«Dans 10 ou 20 ans, estime le Pr Muchnik, il sera trop tard et on verra que toute une jeune génération souffre de surdités partielles beaucoup plus tôt qu'attendu en fonction du vieillissement». Elle recommande ainsi que tous les pays adoptent, pour commencer, les normes européennes qui limitent à 100 décibels le volume maximal des iPod et des baladeurs MP3, dont certains, non «bridés», peuvent atteindre près de 130 décibels. Mais 100 dB, cela équivaut déjà au niveau acoustique d'une boîte de nuit. Et l'on sait qu'un risque pour l'oreille est déjà avéré à partir de 80 dB. Les spécialistes recommandent que des campagnes de prévention soient menées pour sensibiliser les enfants et les parents aux dangers de ces décibels.

Le blog des acouphéniens

Philippe Barraqué

musicothérapeute

 

CDStop Acouphènes cover P.BarraquéCD Stop Acouphènes2 Philippe Barraqué CoverHDLes CD de thérapie sonore Stop Acouphènes les plus efficaces pour en venir à bout! www.stop-acouphenes.fr

 

Recommandés par les professionnels de santé, les praticiens et les client satisfaits à plus de 95% (source ICT) Essayez-les dès maintenant!

 

(source Le Figaro)

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 16:37

Les neuro-acousticiens faisant des études sur des patients atteints de symptômes acouphéniques ou d’hyperacousie, observent une dégradation progressive de la socialisation, des troubles de l’humeur et du comportement au fur et à mesure que les acouphènes s’installent durablement, et particulièrement lorsqu’ils sont de plus en plus intenses au niveau sonore.

 

rythmes cérébrauxDes psychiatres n’hésitent pas à considérer les bruits auditifs comme un facteur prédisposant à la paranoïa et à la démence précoce. Il n’est que de lire les messages qui s’échangent sur les forums des patients acouphéniques pour constater l’âpreté des échanges et l’agressivité prédominante vis-à-vis de toute forme de thérapie qui remettrait en question leurs modes de fonctionnements physiologiques et psychologiques.

Les bruits auditifs et les pertes d’audition monopolisent votre attention au point de décrocher totalement au milieu d’une conversation, de ne plus vous en rappeler un traître mot ou d’être sujet à des troubles de la mémoire.

 

Le Dr Franck Lin, ORL et épidémiologiste, à la faculté de médecine Johns Hopkins dans le Maryland, décrit ce phénomène comme étant de la « charge cognitive ». Le cerveau est tellement occupé à traduire les sons en mots qu’il semble incapable de formuler une réponse.

Dans un article publié en 2011 dans le journal médical The Archives of Neurology, il a découvert avec son équipe de chercheurs un lien étroit entre perte d’audition et démence. Le Dr Lin résume ainsi ses travaux : « Par rapport aux individus possédant une audition normale, ceux souffrant d’une perte d’audition légère, modérée et sévère, ont respectivement 2,3 et 5 fois plus de risques de développer une démence au cours de l’étude. »

acouphwoman.jpgCe processus d’altération mentale aurait selon lui trois causes probables : l’isolement social, la charge cognitive, le processus pathologique entraînant à la fois perte d’audition et démence. D’autres chercheurs évoquent un lien entre maladies cardio-vasculaires et problèmes auditifs.

 

Sans aucun doute, l’aide qu’apporte la thérapie sonore ou un appareillage auditif adapté (prothèse, générateurs de bruit blanc, implant cochléaire) a un impact positif sur l’équilibre psychique car ces techniques cognitives ou technologiques rétablissent l’expression et la communication.

 

Un seul conseil : restez ouvert au monde extérieur, ne vous isolez pas, ne vous protégez pas en permanence des bruits et accueillez tout nouveau soin avec bienveillance et optimisme !

 

Philippe Barraqué

musicothérapeute

docteur en musicologie

CDStop Acouphènes cover P.Barraqué CD de thérapie sonore Stop Acouphènes, CD Cortex de bruits thérapeutiques, CD Nuit Sereine Sans Acouphènes, CD personnalisé de votre acouphènes mixé avec du bruit blanc, livre Dites stop à vos acouphènes (éditions J.Lyon) : www.stop-acouphenes.fr

Le blog des acouphéniens

Tous droits réservés

Sources : The New York Times 26/02/13, Katherine Bouton

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 19:50

mudra-meditation.jpgLes techniques de yoga du son thérapeutique ont l'avantage de regrouper la respiration, la visualisation, la méditation, la musicothérapie active, la relaxation, les mouvements physiques et les postures : un outil complet pour mieux vivre les acouphènes.

 

Plus encore, en développant votre acuité auditive, en vous immergeant dans le concert interne de vos sons, vous apprenez à mieux gérer les crises acouphéniques, à être plus à l'écoute de vos modes de fonctionnement psychique mais aussi de l'environnement qui vous entoure.

 

Le Yoga du son vous resocialise, vous réconcilie avec le son, vous donne des possibles dans un domaine que vous évitiez jusque-là : le son justement!

 

Mon ouvrage le Yoga du son (+CD) est paru aux éditions Trédaniel et disponible sur www.planetevoix.net

 

Philippe Barraqué

musicothérapeute

docteur en musicologie

coach formateur en yoga du son

 

Le Blog des acouphéniens

 

- Tous droits réservés

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 19:40
 
Flyer le Yoga du sonEcoutez, maintenant! (Modes&Travaux, avril 2013)
" Le son est un autre moyen de solliciter nos sens pour une détente absolue et un lâcher-prise durable. Le yoga du son propose un travail sur les résonances, les rythmes internes de chacun et le souffle. Véritable thérapie lorsqu'il est pratiqué régulièrement, le yoga du son met en oeuvre différentes techniques de relaxation et de méditation comme la respiration, l'écoute, les postures et les chants harmoniques que l'on retrouve dans le yoga traditionnel. Il est prouvé que cette pratique est bénéfique pour le système immunitaire. Pour commencer, on peut suivre le protocole proposé dans cet ouvrage et, ensuite, aller plus loin avec un professeur dans un cours collectif. Ce livre est accompagné d'un CD avec 10 sons thérapeutiques différents destinés à stimuler les chakras... Alors on commence tout de suite!"
Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 02:15

07180034Les acouphènes peuvent être décrits comme un bourdonnement, un tintement, un rugissement, un grésillement ou un sifflement, et sont parfois complexes et variables. Ils sont davantage perceptibles dans des environnements calmes et en l'absence de stimuli sonores ambiants , ils apparaissent donc souvent plus sévères à l'heure du coucher.

 

Les acouphènes peuvent être intermittents ou continus. Certains patients s'adaptent à leur présence mieux que d'autres ; une dépression peut en résulter parfois. Le stress aggrave généralement les acouphènes.

 

On pense que les acouphènes subjectifs sont causés par une activité neuronale anormale dans le cortex auditif. Cette activité survient lorsque les influx de la voie auditive (cochlée, nerf auditif, noyaux du tronc cérébral, cortex auditif) sont stoppés ou altérés de quelque manière que ce soit. Cette interruption de l'influx peut causer un déficit de la suppression de l'activité corticale intrinsèque et peut-être la création de nouvelles synapses neuronales. Certains pensent que le phénomène est similaire au développement de la douleur du membre fantôme après amputation.

 

cortex

 

 

 

Ils peuvent apparaître au cours de pratiquement tout trouble affectant les voies auditives.

Les troubles les plus fréquents sont ceux qui impliquent une perte auditive neuro-sensorielle, en particulier :

  • un traumatisme acoustique (perte auditive de perception induite par le bruit),
  • le vieillissement (presbyacousie),
  • les médicaments ototoxiques,
  • un syndrome de Ménière.

Les acouphènes objectifs consistent en un bruit réel généré par des phénomènes physiologiques qui se produisent près de l'oreille moyenne. Habituellement, le bruit provient des vaisseaux sanguins ; soit des vaisseaux normaux dans des conditions d'augmentation des flux turbulents (p. ex. causée par l'athérosclérose), soit d’anomalies vasculaires (p. ex. dans les tumeurs ou les malformations vasculaires). Parfois, des spasmes musculaires ou myoclonie des muscles palataux ou des muscles présents dans l'oreille moyenne (étrier, marteau) sont responsables de "cliquetis".

 

Les troubles causant une surdité de transmission peuvent aussi causer des acouphènes. Il s'agit notamment de l'obstruction du conduit auditif par du cérumen, un corps étranger ou une otite externe. Une otite séreuse, un barotraumatisme, un dysfonctionnement de la trompe d'Eustache et une otospongiose, peuvent également être associés à des acouphènes.

 

acouphenes troublesUn dysfonctionnement de l'articulation temporo-mandibulaire peut être associé à des acouphènes chez certains patients.

ils impliquent généralement un bruit issu de la circulation vasculaire, qui provoque un son pulsatile audible et synchrone avec le pouls. Les causes incluent :

  • un flux turbulent dans l'artère carotide ou la veine jugulaire,
  • des tumeurs très vascularisées de l'oreille moyenne,
  • des malformations artério-veineuses.

CDStop Acouphènes cover P.Barraquédigipak vol2[1] (2)Autant de causes susceptibles de générer des acouphènes ne facilitent actuellement ni le diagnostic, ni le traitement ciblé. Choisir la thérapie sonore permettant de masquer et de déprogrammer les acouphènes reste la solution efficace à privilégier : www.stop-acouphenes.fr

 

Philippe Barraqué, musicothérapeute, chercheur, créateur des CD Stop Acouphènes

 

Le blog des acouphéniens

Tous droits réservés

www.stop-acouphenes.fr

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 00:56

4121753092_533a2e11a4.jpgOn a affiché complet les 16, 17 et 18 février : trois jours de sons thérapeutiques partagés avec un public venu très nombreux pour les ateliers et conférences de Philippe Barraqué, musicothérapeute, au Salon "Bien-être" de la Porte de Versailles.

Ce jeudi vers 12h, Philippe Barraqué donne une INTERVIEW EN DIRECT dans le 12/14 de RADIO SUD (99,9 Paris) avec Claire Sergent sur "le Yoga du son", son nouvel ouvrage paru aux éditions Guy Trédaniel.

 

CD et Livres : www.stop-acouphenes.fr www.planetevoix.net

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 01:35

Les chercheurs de l'EPFL et de la Harvard Medical Schoool ont développé une méthode d'imagerie permettant d'observer in situ les cellules de l'oreille interne, jusqu'ici inaccessibles. Une prouesse qui devrait permettre de comprendre enfin les mécanismes de la surdité.

acouphenes troublesQuelle est la véritable cause de la surdité chez l'être humain? Et comment soigner au mieux ce trouble de l'audition ? Autant de questions face auxquelles les médecins sont souvent impuissants, en raison du manque de moyens pour observer l'intérieur de l'oreille interne. Forts de ce constat, des chercheurs de la STI et de la Harvard Medical School ont travaillé conjointement au développement d'une technique de laser non-invasive permettant d'obtenir des images très haute définition des cellules situées à l'intérieur de la cochlée, un organe fragile et étriqué. Effectués sur des souris, les premiers résultats sont très concluants.


Observer sans détruire
La nouvelle méthode d'optique des chercheurs a cela de révolutionnaire qu'elle permet d'obtenir des images extrêmement nettes des tissus de l'oreille interne, sans qu'aucun marqueur fluorescent nocif (antibiotiques, protéines, etc.) ne doive être ajouté pour «colorer» les cellules à analyser.

Un énorme avantage comparé aux méthodes de microscopie traditionnelles étudiées ces dernières années, qui ne peuvent fonctionner sans ces marqueurs (fluorochrome), et qui sont de ce fait impossibles à utiliser en clinique. «Les marqueurs provoquent des dommages irréversibles sur les tissus. Cela biaise l'analyse», précise Xin Yang, co-auteure de la publication et assistante doctorante au laboratoire d'optique (LO), dirigé par Demetri Psaltis. Quant à l'imagerie par résonance magnétique ou IRM, déjà utilisée dans les hôpitaux, sa résolution est insuffisante pour observer les tissus cellulaires en profondeur. «Elle ne peut pas descendre au-dessous des 40 microns (millième de millimètre), alors que les cellules que nous observons sont de l'ordre de deux microns.»


Des cellules autofluorescentes
Pour franchir toutes ces barrières, l'astuce des chercheurs consiste à exploiter l'autofluorescence des cellules. C'est-à-dire la propension naturelle qu'ont certaines cellules à renvoyer de la lumièe lorsqu'elles sont soumises à une excitation lumineuse. Une qualité qui permet de se passer de marqueurs fluorescents externes. Le principe est simple : en envoyant un laser sur une cible précise, les photons sont absorbés par les molécules, et les électrons suffisamment excités pour émettent à leur tour un photon. La lumière renvoyée par les électrons permet ensuite de reconstituer une image de bonne qualité.

«Pour une meilleure pénétration des tissus et une meilleure résolution de l'image en trois dimensions, nous avons utilisé une méthode appelée microscopie à deux photons. Cette technique consiste à diriger un laser à impulsion ultra-courtes (laser femtoseconde) sur les cellules. Grâce à la grande longueur d'onde de ce genre de laser, la lumière est moins diffuse et peut pénétrer profondément dans les tissus. Une mollécule peut ainsi absorber simultanément deux photons, et n'en émettre qu'un seul, avec la même longueur d'onde que s'il avait été émis via un procédé d'un seul photon. Cela permet d'obtenir des images de très haute définition.»

 

Une nouvelle méthode d'endoscopie
Pour mener leur expérience et tester leur méthode, les chercheurs ont utilisé deux populations de souris. Un premier groupe a été exposé à des sons provoquant des dégâts permanents dans l'oreille interne. Et le second a été laissé dans un environnement normal. Sacrifiant les deux groupes de souris, les chercheurs ont ensuite extrait la cochlée de chaque animal, et ont appliqué leur méthode de laser, afin de comparer l'état des tissus pour chacun des groupes. «Chez les sujets ayant été exposés à des sons spécifiques, nous avons observé des irrégularités dans l'alignement des cellules, et même des cellules manquantes», relate Xin Yang. Quant aux cellules des sujets sains, elles sont restées extrêmement régulières.
La prochaine étape consiste à présent à adapter cette méthode, afin qu'elle soit utilisable sur des sujets vivants. Les scientifiques travaillent donc sur une technique d'endoscopie, permettant de guider le laser dans l'oreille interne, sans avoir à en extraire la cochlée. «Nous prévoyons pour ce faire d'utiliser des fibres optiques d'une cinquantaine de microns.»

 

Sources : Publication scientifique "Two photon microscopy of the mouse cochlea in situ for cellular diagnosis"
EPFL : Demetri Psaltis, directeur du laboratoire d'optique (LO).
Harvard/ Mass. Eye & Ear Infirmary: Konstantina Stankovic
Une collaboration à 3,6 millions de francs
Les résultats décrits dans cette publication signent la première concrétisation de la collaboration Harvard Medical Schcool-EPFL, initiée en avril 2011. Ce projet commun, financé par la Fondation Bertarelli à hauteur de 3, 6 millions de francs, vise à améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de troubles neurologiques, à travers un rapprochement des neurosciences et de l'ingénierie. Il regroupe six projets d'avant-garde, qui concernent le diagnostic des problèmes auditifs, mais aussi la stimulation de la moelle épinière en cas de paraplégie. Chaque année, un Sympopsium Bertarelli est organisé à Harvard et à l'EPFL de manière alternative, pour faire le point sur ces recherches.

 

Philippe Barraqué

musicothérapeute

chercheur

 

digipak vol2[1] (2)CD de thérapie sonore : www.stop-acouphenes.fr

Le blog des acouphéniens

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 02:20

Dites stop à vos acouphènes livre800recto

Des règles simples à respecter et à afficher dans la chambre des ados (et des grands ados!) pour que le silence reste d’or.

 

Oui à la musique mais pas à fond.

Oui au baladeur mais en contrôlant le volume sonore.

Oui à l’écoute au casque mais pas plus d’une heure par jour.

Oui à toutes les musiques à condition de respecter des pauses de silence.

Oui aux concerts et aux discothèques mais avec des protections auditives.

 

Ces conseils sont extraits de l'ouvrage Dites Stop à vos acouphènes de Philippe Barraqué, musicothérapeute, paru aux éditions J.Lyon.

CDStop Acouphènes cover P.Barraqué 

Vous avez des acouphènes et vous déprimez? - Il n'est jamais trop tard : www.stop-acouphenes.fr

 

Le blog des acouphéniens

Tous droits réservés - Reproduction interdite -

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 01:07

CD Cortex Bruit Rose ButtonDes chercheurs de l'Université de Leicester (Royaume-Uni), et en particulier le professeur Martina Hamann, ont décelé des activités non contrôlées au niveau neuronal susceptibles d'être à l'origine des acouphènes. Cette avancée scientifique permettrait, à terme, de mieux comprendre ces bruits auditifs et par conséquent, de mieux les traiter.

digipak vol2[1] (2)On savait que des bruits de forte intensité entraînaient des pertes auditives mais on connaissait mal leurs effets au niveau des neurones. Ceux qui ont intéressé ces chercheurs se situent dans une zone cérébrale appelée le noyau cochléaire dorsal, là où le cerveau interprète les signaux en provenance du système auditif par l'intermédiaire des cellules ciliées.

CD Stop Acouphènes, CD bruits blanc, rose, brown, CD Nuit sereine, CD personnalisé de vos acouphènes, Livre Dites stop à vos acouphènes : www.stop-acouphenes.fr CDStop Acouphènes cover P.Barraqué

Le blog des acouphéniens

​source : www.hear-it.org/

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 17:28

 

Dites stop à vos acouphènes livre800rectoACOUPHÈNES : N'ÉCOUTEZ PAS CEUX QUI VOUS DISENT
QU'IL N'Y A RIEN À FAIRE !

Quelles sont les causes des acouphènes ? La médecine allopathique se perd en conjectures.... Car à l’exception des traumatismes sonores ou accidentels, ces causes, elle ne les connaît pas. Alors on vous dit qu'il faut prendre votre mal en patience, que vous finirez par vous habituer. Et finalement vous n'êtes jamais soigné. Il y a pourtant des voies de traitement qui fonctionnent, en voici un aperçu.

Se soigner : un chemin de croix sans fin

Un beau jour, comme ça, sans raison apparente, vous vous mettez soudain à entendre dans vos oreilles un sifflement, un bourdonnement, un tintement métallique, des claquements. Comme une cocotte-minute, un essaim d’abeilles, une tondeuse à gazon ou un clic-clac de moteur...
Vous espérez que cela va passer, avec le temps, et parfois, en effet, le bruit disparaît ... mais pas toujours... et là c'est le cauchemar qui commence. Ceux qui souffrent d'acouphènes (et il s’agit bien d’une souffrance comparable à la douleur) savent de quoi je parle et quel chemin de croix il faut suivre pour tenter de trouver un soulagement.

On va vous dire que « C’est circulatoire »…

Lors de votre première consultation chez votre médecin généraliste, celui-ci vous dira d’abord qu’il y a de grandes chances que vos acouphènes soient d’origine circulatoire. Il a très souvent raison, sauf qu’il ne sait pas d’où vient ce problème vasculaire et ne soigne donc pas le mal à sa cause.

Alors il vous prescrira du Vastarel, un médicament préventif de l’angine de poitrine utilisé aussi comme traitement symptomatique des vertiges et acouphènes (avant ça, on donnait du Rivotril !). Pour info, l’Agence Européenne du Médicament déconseille fortement depuis l’an dernier cette utilisation du Vastarel en raison de graves effets indésirables (pertes de l’équilibre, syndromes parkinsoniens)… Ou il vous ordonnancera un vasodilatateur quelconque, du Tanakan ou un autre médicament à base de Ginkgo biloba. Ce faisant, il vous enverra quand même chez l’ORL et faire un IRM (par acquit de conscience vous dira-t-il). En en effet, dans la plupart des cas, on ne décèlera rien.

« Habituez-vous, faites comme moi… »

Retour chez votre généraliste. Vos acouphènes n’ont pas disparu et cela vous « prend la tête » au propre comme au figuré.
Votre médecin (par acquit de conscience) va donc supprimer le Vastarel ou son équivalent qui n’a rien fait et va vous mettre sous anxiolytique ou même sous antidépresseur. S'il est un peu ouvert, il vous recommandera peut-être des séances d’acupuncture ou d’aller voir un ostéopathe.

Et si votre généraliste est un ancien combattant de la médecine et que vos acouphènes sont modérés, il vous dira tout simplement : « Avec le temps vous allez vous y habituer. Essayez. Faites comme moi, on y parvient très bien ! ».

10% des Français : les laissés pour compte de la médecine officielle

Comme le confirme une enquête réalisée par l’association France Acouphènes auprès de ses membres, les acouphèniques sont bien les laissés pour compte de la médecine conventionnelle :

  • 82% des patients se déclarent insatisfaits de leur première consultation pour acouphènes.
  • Près de 9 personnes sur 10 consultent à nouveau après une première consultation.
  • Après une première consultation chez un ORL, 92% vont consulter un autre ORL. Un tiers des personnes disent avoir consulté plus de dix fois un spécialiste ORL.
  • Une fois vu l’ORL, en vain, environ la moitié des patients consultent alors tous azimuts : acupuncteurs (55%), généralistes (51%), ostéopathes (46%), homéopathes (38%)…

Cette enquête éclaire bien ce qui se passe : la plupart du temps, les patients finissent par s’en remettre aux thérapies complémentaires. Et ils ont raison car seuls les thérapeutes les plus pointus dans ce domaine savent identifier les causes des acouphènes et les soigner !

Trois causes plus ou moins connues d’acouphènes


Sachez d’abord qu’il peut effectivement s’agir de causes faciles à identifier.

Je ne parle pas ici des acouphènes d’origine traumatique (30 à 40% des cas, particulièrement chez les musiciens ou les jeunes qui abusent des baladeurs mp3) qui déchirent l’oreille interne ou détraquent le cortex auditif et entraînent une perte auditive.
En dehors de ces cas précis, les causes cachées de beaucoup d’acouphènes sont triples :

1. Les chocs psychologiques et le stress :dans ce cas, plutôt que de vous ruer sur des psychotropes, adressez-vous à un acupuncteur (voir ici) ou/et à un spécialiste des thérapies comportementales et cognitives (ici).

2. La prise de médicaments dit ototoxiques : elle provoque à la longue des acouphènes et hypoacousies irréversibles. Les principaux sont :

  • les anti-inflammatoires : aspirine, Aspro, Aspégic, Kardégic, Soulupsan, Catalgine, Ibuprofène et Naproxen étant les plus souvent incriminés.
  • Les traitements contre le cancer : c’est notamment le cas de la Cisplatine et de ses dérivés mais aussi de médicaments comme la Bléomycine, la Vinblastine ou le Methotrexate.
  • Les diurétiques : la Furosémide en particulier.
  • Les antibiotiques : il s’agit aussi bien des aminosides (avec mention particulière pour la néomycine et la streptomycine) que des macrolides.
  • Les antipaludéens : quinine, Nivaquine, Savarine.
  • L’interféron.
  • Certains antidépresseurs : Surmontil, Anafranil, Miansérine, Athymil, Prozac…
  • Et aussi certains anti-hypertenseurs, anti-arythmiques, anti-convulsivants, anti-ulcéreux, mais aussi des hormones et la contraception orale (décidément !).

3. Certaines maladies se manifestent aussi par des acouphènes.

  • D’abord bien sûr le syndrome de Ménière qui provoque généralement des acouphènes de tonalité grave.
  • Les maladies cardiovasculaires qui provoquent des acouphènes dits «pulsatiles» (bruits rythmiques, battements).
  • Les tumeurs cancéreuses peuvent aussi se manifester par des acouphènes.
  • Autres possibilités : les maladies de la thyroïde, l’hypertension artérielle et l’arthrose cervicale.

Les vraies causes des acouphènes... sans causes…

Je viens de vous parler de causes plus ou moins connues des médecins. Et si l'on veut aller plus loin, il faut résolument se tourner vers les médecines complémentaires qui nous disent que les acouphènes « sans causes connues » sont les signaux émis par l’organisme à partir de trois causes (j’ai bien dit trois seulement) qui se situent :


1. Dans la structure ostéo-articulaire de l’organisme.
2. Dans la bouche.
3. Dans différents organes tels le foie et les reins.


Si des acouphènes se déclenchent dans vos oreilles sans raison apparente, vous devez donc impérativement consulter trois types de thérapeutes, dans l’ordre suivant.

Première visite : l’ostéopathe, l’homme-clé

Il faut savoir que parmi les 80% d’acouphènes dont on vous dit qu’ils sont circulatoires ou dus au stress, un très grand nombre proviennent d’un problème d’origine ostéo-articulaire.

La première chose à faire après avoir vu votre généraliste est donc de passer une radio des cervicales et d’aller voir, clichés en main, un ostéopathe spécialisé ou bien expérimenté. Son investigation doit s’axer principalement sur les cervicales.

La « Martindale » des acouphènes…

Les lois de R.E. Martindale sont encore très peu utilisées car souvent méconnues par les ostéopathes malgré leur grande efficacité sur la cohérence du rachis. C’est l’une des théories les plus pertinentes pour les acouphènes.
Martindale a identifié ce groupe-clé constitué des C1, C2 et C3, des vertèbres qui, quand elles sont en « fluxion antérieure », entraînent un blocage de la première vertèbre cervicale et empêchent non seulement la vascularisation correcte du crâne mais aussi… la stabilité neuro-végétative de l’intestin.

Un champion de l’ostéopathie nous éclaire


Dominique Pianel, praticien et directeur de l’école Atman à Sophia Antipolis, est un des meilleurs ostéopathes que je connaisse. Car il est aussi docteur en médecine traditionnelle chinoise (MTC). Il estime qu’un bon praticien peut considérablement améliorer les résultats de la médecine conventionnelle. «J’obtiens, me dit-il, des résultats qui vont de 45 à 60% grand maximum sur les acouphènes. Mais plus le problème est pris tôt, meilleurs sont les résultats.»

Cela dit, ce brillant ostéopathe pointe du doigt une autre zone de l’organisme : la bouche. On estime que 40% des cas d’acouphène prennent leur source dans la bouche.

Deuxième visite : le dentiste holistique, l’homme providentiel

L’occlusion dentaire et les foyers infectieux dans la bouche sont souvent à l’origine d’acouphènes parce que l’équilibre de l’oreille est en rapport avec notre mastication, donc notre articulation temporo-mandibulaire (ATM).

Quand on souffre d’acouphènes, on n’a généralement pas mal aux dents. C'est normal la dent qui cause ceux-ci n’est jamais douloureuse. C'est la même chose pour un déséquilibre de l’ATM. Ce qui fait qu’on ne pense jamais à consulter pour un problème ostéo-articulaire ou dentaire.

Un pro de la dentisterie holistique nous éclaire


L’éminent Dr Alex Aknin qui exerce à Dijon me confirme : 40% des acouphènes peuvent être d’origine occlusale. Rassurez-vous, son explication est très simple : « En cas de malocclusion dentaire, on mord mal, la mâchoire dévie, le condyle (surface articulaire elliptique) de l’ATM n’est plus à sa place et dès lors il y a étirement d’un ligament qui dérègle l’oreille interne au niveau du tympan. »

Il est donc vital de faire vérifier son occlusion. Pas par un dentiste lambda, mais par un spécialiste qui (il faut tout de même plusieurs séances) remettra en place votre ATM, refera éventuellement les amalgames, couronnes, bridges, etc. en cause. Cela peut aussi provenir d’une dent qui a été retirée et n’a pas été remplacée.

Des piles électriques dans la bouche

Une autre cause à ne pas négliger est la présence d'un trop fort courant galvanique dans la bouche, à cause de la présence de métaux (amalgames, couronnes, etc.). Ça, les prothésistes dentaires le savent bien mais ils n’en pipent mot ! Donc il faut faire tester ce courant électrique dans la bouche par un dentiste qui le fera très simplement à l’aide d’un petit appareil.

Troisième visite : le médecin traditionnel chinois, l’homme-médecine


Du point de vue de la Médecine traditionnelle chinoise, l’acouphène peut être dû soit à l’énergie du rein, soit au sang du foie, soit encore à l’humidité de la rate. Et selon ces trois grands axes, le patient entendra un son différent.

  • Le vide du chi (l’énergie) du rein, le plus courant, est un effondrement qui entraîne un bruit aigu dans l’oreille.
  • L’humidité de la rate provoque un bruit sourd et le vide du chi du sang du foie entraîne un bruit saccadé.
  • Lorsqu’on a ce qu’on appelle une montée du chi du foie, à l’opposé donc du vide, on peut avoir ce qui s’apparente davantage à la sensation de sifflements avec battements.

Il est important de faire soi-même ce travail de discernement par rapport au bruit pour éclairer le thérapeute.

Celui-ci corrigera cela assez facilement en vous prescrivant des remèdes de la pharmacopée chinoise.

Un produit issu de la médecine chinoise et probant à 60%

Soyons clair : il n’existe, en dehors des 3 thérapies-clés que je vous ai exposées aucun produit susceptible de faire disparaître à 100% vos acouphènes.

En revanche, je connais un produit issu de la pharmacopée chinoise qui donne de très bons résultats : de l’ordre de 55 à 60% d’amélioration au bout de 6 mois de traitement. Ce produit, déjà utilisé par un millier d’acouphèniques et recommandé par les associations de malades, s’appelle Acoumen (cliquez ici pour en savoir plus).

Ce traitement à base de pharmacopée chinoise a pour but de nettoyer et d’optimiser les méridiens touchant l’oreille et d’harmoniser la circulation de l’énergie dans les organes concernés et nécessite pour cela au moins 6 mois de traitement. La formule est une combinaison de plusieurs formules magistrales chinoises. Elle contient des plantes comme le jujubier, le pachyme, l’atractylode, le plantain, l’acore, le melon d'eau ou le gigembre (sélectionnées pour leurs propriétés énergétiques et non pour leurs principes actifs).

Le coût du traitement est malheureusement assez élevé (notamment du fait de sa durée). Il faut prendre 2 gélules à midi et le soir pendant 6 mois. Mais beaucoup de personnes sont parvenues ainsi à sortir de leur enfer.

Je précise qu’au cours du traitement, il est normal, surtout les premiers mois, de constater des variations à la hausse ou à la baisse des acouphènes. Ce phénomène ne doit pas inquiéter : il traduit simplement la variation des énergies du rein et du foie. Son absence serait plutôt la preuve de l’échec du traitement.
Dernière précision : ce remède n’a pas d’effets secondaires et peut être couplé avec d’autres traitements.
Sincèrement, avec l’ostéopathie, la dentisterie énergétique et la médecine traditionnelle chinoise en appoint (qui travaille au plan quantique sur les causes les plus profondes), vous avez toutes les cartes en main pour en finir avec ces bruits qui vous pourrissent la vie. (source : Dominique Vialard newsletter Alternatives Santé n°33)

 

CDStop Acouphènes cover P.BarraquéPour en savoir plus :

- Pour trouver un ostéopathe, un praticien de médecine chinoise ou un dentiste holistique près de chez vous rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
- Consultez le site de l’association France Acouphènes : www.france-acouphenes.org
- Vous pouvez également lire :
« Des bruits dans les oreilles : les acouphènes ». Dr Bernard Montain, Guy Trédaniel Editeur, 1998.
« Dites stop à vos acouphènes – Toutes les thérapies efficaces pour les éliminer» (livre + CD). Philippe Barraqué, Editions J. Lyon, 2012.
« Acouphènes ». Association France Acouphènes. Editions J. Lyon , 2007
.

Les bienfaits de la thérapie sonore anti-acouphènes : www.stop-acouphenes.fr

Repost 0
Published by Philippe Barraqué stop-acouphenes

Présentation

  • : Le blog des acouphéniens
  • Le blog des acouphéniens
  • : Acouphènes, hyperacousie, surdité précoce, pollutions technologiques et sonores, vous êtes de plus en plus nombreux à souffrir de bruits auditifs. Ce blog des acouphéniens est fait pour vous.
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Thérapie Sonore Fréquentielle TSF, la solution anti acouphènes
    Parmi les thérapies sonores existantes, la Thérapie Sonore Fréquentielle (TSF), mise au point par le musicothérapeute spécialiste des acouphènes Philippe Barraqué, apporte une solution pérenne aux patients atteints d’acouphènes récents ou non. Elle est...
  • Acouphènes, le juste prix d'une thérapie - Philippe Barraqué
    Les acouphènes sont un marché porteur tant pour les fabricants de prothèse que pour les méthodes anti-acouphènes. Comment sélectionner les meilleurs thérapies au plus juste prix. Philippe Barraqué, musicothérapeute et expert santé, vous conseille. Le...
  • Promotion Acouphènes Tout doit disparaître!
    Comment supprimer vos acouphènes? La méthode Stop Acouphènes ™ vous apporte des solutions pour venir à bout de vos dysfonctionnements auditifs afin de mieux les gérer, les apaiser, les accepter. En ce moment, des promotions à prix très doux sur les Packs....
  • Et si votre casque audio pouvait détecter vos risques d'acouphènes? C'est fait.
    La nouvelle technologie Plextek est conçue pour fonctionner avec un casque audio et permet de détecter précocement les premiers signes cliniques des risques d’acouphènes. Le principe est de mesurer les signaux envoyés par le cerveau en réponse à un stimulus...
  • Handicap, programmes des candidats à la présidentielle au banc d'essai - Philippe Barraqué
    Le handicap n’est pas la préoccupation première des médias pour l’élection présidentielle. Les français ne s’y intéressent que lorsqu'ils sont eux-mêmes concernés. Mais que proposent les candidats? Petit tour d’horizon des programmes « handicap » très...
  • Pack oreiller, la solution anti acouphènes
    Le pack Oreiller permet de retrouver des nuits douces sans être gêné par vos acouphènes. Il comprend les 2 CD Stop Acouphènes contenant toutes les fréquences de masquage et un mini haut-parleur extra plat à glisser au fond de votre oreiller. Ce pack a...
  • L'oignon soulage les maux d'oreilles
    Qui n'a pas déjà souffert de maux d'oreilles? Surtout en période hivernal où le froid se mêle aux expositions venteuses. Plusieurs remèdes: le bonnet sur la tête pour se protéger à l'extérieur et l'oignon pour soulager les douleurs lancinantes, parfois...
  • Vertiges de Ménière, ça se soigne comment?
    Le traitement des vertiges de Ménière repose sur l’isolement du patient et l’administration de différents médicaments : anti vertigineux, sédatif, anti nausée. Le traitement de fond vise à prévenir la récidive des vertiges. Il se subdivise en traitements...
  • Troubles auditifs, l'armée américaine s'en occupe - Philippe Barraqué
    Nombreux sont les troubles auditifs des militaires américains dont les causes sont le maniement des armes et les séquelles post traumatiques liés à la guerre. Il existe pour cela un centre d'excellence pour les traiter. Ce centre américain de prévention...
  • Les hallucinations auditives, comment vivre avec? Philippe Barraqué
    En psychiatrie, l’entente de voix est signe de psychoses redoutées telles que la schizophrénie. Mais en la revendiquant comme une singularité avec laquelle il est possible de vivre, ce qu'on appellent désormais "des entendeurs de voix" font sortir les...

Pages

Liens